La découverte du Baobab

Partager l’article :

Le baobab est originaire d’Afrique tropicale. Il est souvent rapportĂ© que les fruits du baobab Ă©taient connus dès l’Égypte ancienne, certains prĂ©tendant mĂŞme en avoir trouvĂ© dans des tombeaux.

Cependant, les musĂ©ums de Paris et de Turin, supposĂ©s dĂ©positaires de ces fruits, n’ont jamais confirmĂ© leur prĂ©sence dans leurs collections actuelles. De plus, les nombreuses fouilles archĂ©ologiques menĂ©es ces dernières dĂ©cennies en Égypte n’ont pas rĂ©vĂ©lĂ© de fruits de baobab dans les tombes explorĂ©es. On lit Ă©galement que des hiĂ©roglyphes dĂ©couverts près d’Assouan feraient rĂ©fĂ©rence Ă  des fruits de baobab datant de 2 500 ans avant J.-C. Mais lĂ  encore, l’incertitude persiste, car aucune traduction rĂ©cente n’a confirmĂ© ce rĂ©cit.

A lire aussi : Poudre de Baobab : Utilisations et Bienfaits

Première mention européenne du baobab en 1592

Sans aucun doute, c’est en 1354 que les rĂ©cits des voyages d’Ibn Battuta, cĂ©lèbre explorateur arabe, mentionnent pour la première fois le baobab dans le bassin du Niger. Au XVIe siècle, les fruits du baobab Ă©taient couramment vendus sur les marchĂ©s du Caire et utilisĂ©s pour leurs propriĂ©tĂ©s fĂ©brifuges, bien qu’ils aient aujourd’hui disparu des Ă©tals.

Ibn Battûta (1304-1368)

Le premier EuropĂ©en Ă  dĂ©crire le baobab fut Prospero Alpino, en 1592, dans son ouvrage “De plantis Aegypti liber” (Livre des plantes d’Égypte). C’est dans ce mĂŞme ouvrage que le nom « baobab » a Ă©tĂ© utilisĂ© pour la première fois, sous la forme « ba hobab ». Ce terme a Ă©voluĂ© au XVIIe siècle pour devenir « baobab ». Il est probable que « ba hobab » provienne de l’arabe « bu hibab », qui signifie « fruit aux nombreuses graines ».

Découverte des baobabs dans les îles du Cap-Vert et au Sénégal par Michel Adanson

En 1750, Michel Adanson (1727-1806) dĂ©couvre le baobab, alors appelĂ© « l’arbre aux calebasses », dans les Ă®les du Cap-Vert et au SĂ©nĂ©gal. Ă€ cette Ă©poque, Adanson Ă©tait employĂ© par la Compagnie des Indes et en poste Ă  Saint-Louis du SĂ©nĂ©gal pendant cinq ans. Ce botaniste français fut le premier Ă  publier une description botanique dĂ©taillĂ©e de l’arbre, avec illustrations, en 1757, et Ă  en rapporter des Ă©chantillons Ă  Paris. Adanson fit alors le lien avec les fruits dĂ©jĂ  dĂ©crits par Alpino en 1592 et nomma cet arbre « baobab ». Cependant, Carl von LinnĂ© et Bernard de Jussieu ne retinrent pas ce nom pour le genre de cette espèce et proposèrent Ă  la place le nom scientifique « Adansonia » en l’honneur du botaniste.

Michel Adanson (1727-1806), botaniste français

Ă€ Madagascar, les premières descriptions du baobab furent publiĂ©es en 1605, prĂ©sentant la variĂ©tĂ© Adansonia rubrostipa. Toutefois, ce n’est qu’Ă  la fin du XIXe siècle que la prĂ©sence de l’Adansonia fut confirmĂ©e sur l’Ă®le. Il fallut attendre 1952 pour que Perrier de La Bâthie propose une nomenclature assez complète, se rapprochant des huit espèces actuellement reconnues. Aujourd’hui, le document de rĂ©fĂ©rence sur la systĂ©matique du genre Adansonia est une rĂ©vision publiĂ©e en 1995 par David Baum.


Sources :

Leave a Comment